Algérie-Maroc
Algérie-Maroc
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Algérie-Maroc

Forum de discussion entre Maghrébins, expulsés marocains d'algerie,algerie-maroc

Le Deal du moment : -33%
-100€ sur JBL XTREM 2 -Enceinte Bluetooth ...
Voir le deal
199.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Algérie-Maroc » Les déportations / Souvenirs / Réçits » Marocains d'Algérie / Algériens du Maroc » Expulsés marocains d'Algérie » Réminiscence‏ de Abdel khawy Marhoum

Réminiscence‏ de Abdel khawy Marhoum

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

admin"SNP1975"

admin
Admin

En attendant la publication sous peu d'un texte poignant  sur ce forum de Abdel khawy Marhoum . Je vous invite à lire cette analyse des évenements de l'époque du même auteur.


Chlef - aout 2003 - Merci à S.Mekki 


ex-El Asnam - ex-Orléansville


 


Abdel khawy Marhoum


 


Bonjour, que dire et quoi répondre ? il serait hypocrite de ma part de dénoncer ces drames passés dans le temps mais combien ancrés dans l'esprit; comment dénoncer ce qui a existé sans pour autant ne pas choquer ceux qui eux mêmes avaient applaudit à notre avilissement ce temps là, car dire ce que nous avons subit, ça vexe l'algérien le plus basique qui se rebiffe par esprit de patriotisme ou qui minimiserait à outrance ce dont il a été spectateur, reconnaissant que le roi avait sa part de responsabilité, comme si le fait que le père de la femme de votre fils est un potentat et que votre fils malmène sa femme pour les méfaits de son père et vous, vous diriez, c'est normal, le beau père avait attiré la foudre. hassan II avait fait ce qu'il devait faire et je suis partiellement d'accord sur la manière, le temps ne lui avait pas été donné vue les prémices de boumedienne et son accolite de ce temps là, kaddafi; "la royauté à leurs yeux était tabou, une république c'est de notoriété " sauf qu'ils avaient oublié que nous pouvons vivre en bon voisinage tout en respectant l'idéologie de tout un chacun, regardons, belgique et france hollande et allemagne, etc. les pays du tiers monde qui n'ont pas un long passé politique resterons à jamais complexés par cette exubérance qui met en avant ce patriotisme exacerbant et cette jalousie morbide à l'égard de leurs pays et pour le protéger d'abords à tort, ils sont prêts  à écrabouiller la première sauterelle qui y ferait sa petite crotte alors que eux, ils se permettent de faire chez les autres ce qu'ils veulent, en mettant en avant cet adage "nous sommes un peuple qui ne se soumet pas, qui ne se courbe pas et surtout qui n'embrasse la main de personne ". partant de là, leur victime et son mal devient un incident de l'histoire car elle ne les a pas imité dans leur héroïsme. Mon humble et naïve analyse s'arrête là.



Visitez notre blog de mémoire sur ce lien ci-dessous:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



 

http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin

Page 8
Une nuit de 1957, fin du mois de septembre, vers 2 h du matin, nous sommes réveillés par des voix qui parlent en français, notre chambre n'a pas encore de porte, à sa place pend un rideau en tissu. Un faisceau de lumière d'une torche m'éblouie alors que je suis assis sur ma couche. Il ne faut pas être devin pour comprendre que c'est l'armée française, nous l'appelons comme ça. Une voix dit que ce ne sont que des mômes et demande ce qu'il y a lieu de faire. Un peu plus loin, une voix tonne qu'il faut laisser tomber, s'il n'y a pas un autre accès là dedans, le rideau retombe et la lumière disparaît. Je demande à ma sœur ce que nous devons faire, elle me répond qu'il me faut fermer mon clapet et me rendormir, je n'en fais rien et me lève. A cet instant, j'entends à l'extérieur qu'on dit à quelqu'un de marcher et d'avancer plus vite que ça. J’ose m’aventurer dans la cour, je vois ma mère par terre en plein centre, près du siphon que mon père a installé quand il a coulé la dalle de la cour, il sert a évacuer l'eau de pluie. Ma mère est assise sur ses fesses mais de travers, elle est enceinte, elle a une main parterre et ses cheveux longs touchent le sol en balayant le siphon quand elle bouge sa tête pour demander qu'on la laisse tranquille. Ma grand-mère s'adresse aux soldats en leur parlant en arabe et leur crie dessus en leur disant de laisser sa fille, elle les maudit en invoquant sur eux toutes les malédictions de dieu. Un dialogue de sourd, j'observe et ne dis rien, un soldat repousse ma grand-mère qui veut intervenir physiquement, il lui demande de dire s'il y a des hommes dans cette baraque de merde. Elle ne comprend pas un traître mot, j'interviens en traduisant ce qu'il vient de vociférer. Elle me demande de leur dire que le mari de sa fille est parti travailler à Maison-carrée, près d'Alger, il reviendra pour la fin du ramadan, elle crie que sa fille souffre et va s'évanouir, il faut qu'elle lui donne à boire. L'un des soldats éclate de rire et annonce à ma grand-mère qu'il va s'en charger, il joint le geste à la parole et ouvre sa braguette, sort son sexe, le tire un peu par le bout et le secoue, puis se met a uriner maladroitement sur la tête de ma mère. Je fonce sur lui, quand un autre me happe au vol par le haut du bras et m'éjecte contre la rangée de pots de fleurs alignés sur un madrier le long du mur. Je n'abandonne pas et reviens à la charge comme une anguille et m'accroupi près de ma mère, un soldat de petite taille et qui a l'air de flotter dans sa tenue de para, me saisi par le haut du bras et m'ordonne de fiche le camp dans la piaule sinon il m'éclatera contre le mur. Je n'en fais rien et m'accroche à ma mère, un costaux me parle avec une manière qui m'incite a lever les yeux sur lui quoique je distingue mal son visage. Il me dit qu'ils vont juste poser des questions à ma mère sur un type qu'ils recherchent et qu'elle connaît, et si elle parle, et bien, ils vont la ramener avant la levée du jour. Il prend ma mère par l'épaule et l'incite à se lever, ce qu'elle fait difficilement, il la pousse devant lui, suivis de deux paras, ils prennent le couloir qui débouche sur une autre petite cour dans laquelle se trouve la porte principale de la maison, je les suis. D'autres soldats sont restés dans notre maison pour calmer ma grand-mère qui se révolte et qui crie en les insultant. Je suis dehors contre le mur de la maison de nos voisins, ma mère est hissée sur le G.M.C qui arbore un rond de barbelé contre sa calandre. Un des militaires me somme de rentrer, il m'intimide avec sa mitraillette Mas 36, il ramasse un caillou et me le lance. La mort dans l'âme, je lui tourne le dos et je vais rejoindre ma grand-mère qui ne lâche pas un des paras qui tente d'entrer dans la chambre qu'occupait la femme qui a cogné sur mon père. Il la repousse contre le mur et lève le rideau, il pointe le bout de la lumière de sa torche sur quelqu'un qui dort ou qui feint de dormir dans l'espoir de ne pas se faire pincer par les paras, mais hélas, l'autre annonce à son chef qu'il y un type là dedans, l'autre lui répond qu'il faut l'embarquer. C'est le neveu de ma grand-mère, il est chez nous depuis quelques mois, venant d'un bled nommé Pont de l'Isser près de Tlemcen. A l'instant où on le fait dresser sur son seyant puis tiré dans le couloir, sa tante se met cette fois-ci a parler calmement en les suppliant de le laisser et ajoute qu'il n'est pas méchant, il ne fait pas de mal à une mouche, Rien à faire, il est poussé vers la sortie, le reste des militaires suit, le dernier des paras nous menace et nous ordonne de ne pas sortir, ma sœur nous rejoint pour me demander ce qu'ont fait les paras. J'ai envie de lui cracher dessus, je vais alors jeter un coup d'œil dans la chambre de ma mère, j'éteins la lumière et ressors, je mets l'échelle que mon père avait fabriquée, je grimpe sur le toit et m'adosse contre le mur des voisins pour attendre que le jour se lève et voir ma mère revenir, rien.

En fin de matinée, j'entends cogner contre notre porte, je cours ouvrir, je vois deux paras devant la porte et un autre assis au volant d'une Citroën noire, appelée traction légère. Les deux entrent sans se faire prier et vont jusqu'au fond de la maison, l'un d'eux me demande si personne n'est venu chez nous. Je demande où est ma mère, le mince avec une paume d'Adam très saillante réitère la question qui m'a été posée par l'autre, je dis non, il me demande si mon père n'est pas là, je dis exactement ce que ma grand-mère m'avait recommandé de dire la veille et j'ajoute que je ne sais pas quand il reviendra. Le grand mince se retourne, jette un regard tout autour puis va vérifier dans les chambres, l'autre se saisi d'un tabouret qui est près du mur et s'assoie dessus au soleil. Ils repartiront peu de minutes plus tard comme ils étaient venus. Trois jours interminables passèrent et les revoilà, le grand mince va inspecter les chambres et un peu partout, pendant ce temps, l’autre s’assois sur le même tabouret, me fait signe de m’approcher. Une fois à sa hauteur, il me parle en arabe mais qui n'a pas le même accent que celui de la région, il me demande si mon père est Marocain, j'hésite a répondre, il glisse sa main dans sa poche et sort une balle de fusil à laquelle il manque la cartouche et me la tend, je ne bouge pas. L'autre est encore en train d'inspecter notre maison, quand celui-ci voit que je ne parle pas, il m'annonce qu'il est du même pays que mon père et cela fait un moment qu'il n'y a pas été, il a été envoyé en France puis en Indochine et à la fin, en Algérie. Il insiste pour que je prenne la balle, il dit qu'il a un secret à me confier si je prenais cette balle qui commence à me tenter. Alors, j'avance ma main, il pose la balle sur la paume et me regarde, enfin. Il dit que ma mère est tombée malade, grâce à lui, elle se trouve à l'Hôpital de Saint-Cyprien, il me demande si je connais cet hôpital, je bouge la tête pour dire un peu. Il se fait précis en me disant que ce n'est pas loin, c'est sur la route de Duperré en quittant Orléansville par l'est. Voyant que je ne parle pas, il ajoute que c'est simple pour y aller, après Oued-Fodda, il y a les Attafs et, un peu plus loin, juste après la route qui va à gauche vers Saadi-Carno, sur la droite, il y a l'Hôpital Saint-Cyprien, tenu par les bonnes sœurs. Il se lève, passe sa main dans mes cheveux, se penche un peu sur moi et m'annonce que je dois aller la voir, elle vient d'avoir un bébé, il a été lui rendre visite. Avant de me quitter, il ajoute à voix basse que je dois dire à ma grand-mère de faire dire à mon père de rester là où il est pour l'instant. La cour apparaît tout-à-coup vide comme si personne n'était venu. Je regarde ce tabouret vide et pense à ma mère, je me demande comment y aller et quand, c'est à environ 40 km de chez nous. Ma grand-mère réapparaît et m'appelle, je me retourne, elle me dit d'aller voir si ces fils de chien comme elle aime insulter ceux pour qui elle ressent de la colère, sont bien partis. Je ne bouge pas de ma place est affirme qu'ils sont bien partis, je viens d'entendre démarrer leur voiture. Elle me tourne le dos et annonce qu'elle va sortir ma sœur de sa cachette de là où elle l'a planqué quand elle a entendu les deux soldats me parler. Je la suis et la regarde débarrasser des oreillers, tout un tas de nattes, de tapis pliés et posés sur une malle en bois disposée debout, ma sœur est cachée recroquevillée entre cette malle et le mur sous les tapis et le reste.

C'est mercredi et je n'ai pas classe, il est 9 h, je regarde ma grand-mère faire les deux galettes de pain qu'elle a l'habitude de faire. Je me demande pourquoi deux, alors que mon père est loin et ma mère là où ce militaire m'a dit. Je préviens ma grand-mère que je sors jouer derrière la maison sur le terrain vague où j'ai l'habitude d'aller. Elle me fait des recommandations, quand je suis devant la porte qui est au fond de l'annexe de la maison, j'ai subitement envie de me retourner et dire que je sais où est m mère et quelle a mis au monde un bébé, mais je me ravise, car je sais qu'elle prendra aussitôt la route et ira la voir en me traînant avec elle. Quand elle a un différent avec mon père, il lui arrivait de bouder quoiqu'elle est la femme de son oncle, elle me prend et nous partons sur les routes, quand je suis fatigué et j'en ai marre de marcher, elle tape à la porte de la première maison venue et demande asile. Ce jour, je ne lui dis rien et préfère prendre seul la route, pour cela, il me faut prendre des raccourcis pour aboutir à la sortie de la ville dans la direction qui me convient. Voilà maintenant une demi-heure que je marche, Orléansville est derrière moi, j'avance d'un pas décidé sans me retourner, je longe les mûriers qui projettent leurs ombres sur la moitié de la route, c'est le matin. Quand j'arrive à un village nommé Ponteba, je remarque la plaque, je viens de parcourir 6 km, je traverse ce bled et entame une petite cote quand une voiture me dépasse, ralentit et s'immobilise sur le bas côté à quelques mètres devant. Je la rejoins naturellement sans y m'intéresser, c'est une 2-Ch Citroën, quand je la dépasse, le conducteur m'appelle, je me retourne, il me fait signe d'aller vers lui, ce que je fais. Je m'aperçois que c'est un curé, son béret fait sortir d'avantage ses oreilles qui sont déjà bien décollées. Il me demande comment je m'appelle, je le regarde sans plus, il veut savoir où je vais, je lui demande pourquoi, il me dit qu'il peut me déposer, je n'ai qu'a monter à côté de lui si je vais à Oued-Fodda, sans trop m'approcher de lui, je lui dis que je vais à l'Hôpital de Saint-Cyprien. Il m’apprend qu'il va au-delà et je peux profiter de son véhicule.

Nous avons dépassé Oued-Fodda et roulons sur la route droite comme l'ennui. Il m'a déjà posé trop de questions, sur mon âge, sur ma scolarité, sur ce que j'aime faire comme sport, je reste évasif et ne bavarde pas trop avec lui. Il parle un peu fort, le bruit du moteur gêne exagérément, à un moment, il pose la question de trop, il me demande si short et à élastique ou à ceinture, il veut vérifier. Je le prie d’arrêter sa voiture parce que j'ai envie de faire pipi. Il ralentit subitement et me propose de me déposer, pour cela et il nous faut prendre ce petit chemin qui s'enfonce entre les deux orangeraies. A peine a-t-il arrêté le véhicule et cherché comment emprunter le chemin, j'ouvre aussitôt la porte, il tente de me retenir par la cuisse en me rassurant sur ses bonnes intentions, affirmant que je ne dois rien craindre. Je n'ai pas peur, j'ai envie de le traiter de tous les noms, car je sais où il veut en venir, du haut de mes 13 ans je devine ce que veut faire un vicieux pareil. J’ai la nausée qui me monte à la bouche. Je lui dégage sa main, pousse la portière qui s'ouvre de l'avant vers l'arrière, je descends vivement et m'en vais le long de la route. Il a beau me suivre sur quelques dizaines de mètres et essayer de m'amadouer en me disant que si j'ai peur et je n'ai qu'a monter à l'arrière, il me déposera à l'hôpital en insistant pour savoir qui je vais voir là-bas. Pour toute réponse et pour qu'il s'en aille, je crache en sa direction et le menace d'un caillou que je viens de ramasser. La voiture accélère et s'éloigne, depuis ce moment et au premier abord, je considère les religieux avec un brin de suspicion.

L'hôpital est à l'écart de la route nationale, je la quitte et parcours la trentaine de mètres pour me présenter devant un porche. Quelques marchands ambulants sont là de part et d'autre de l'entrée, il fait beau pour un mois d'octobre et le soleil inonde ce vaste hôpital qui n'est pas compact, les espèces de pavillons sont éparses. La première personne que je rencontre est une religieuse habillée en bleu avec un tablier à bretelles croisées derrière le dos, elle vient de sortir d'une petite bâtisse. Je me pourvois de ma politesse et lui demande de m'indiquer où se situe la maternité. Elle me toise puis me regarde dans les yeux en me demandant mon âge, je le décline, elle me demande d'où je viens et qui je veux voir, je lui dis ma mère et je viens d'Orléansville, elle me réclame le nom que je lui cède sans façon en ajoutant comment elle est, j'explique brièvement comment elle s'est trouvée là. Elle me déclare que la maternité se situe derrière elle et que je n'ai pas le droit d'y aller seul. Tout en me souriant, elle prend ma main et m'entraîne. Nous escaladons les six larges marches qui donnent sur un perron, elle me fait entrer à l'intérieur et me prie d'attendre. C'est calme là dedans, comme si tout d'un coup j'étais devenu sourd ou bien, il n'y a pas âme qui vive à l'intérieur de cet endroit figé. La bonne sœur revient avec une autre habillée autrement et qui me sourie à son tour, elle me demande mon prénom que je lui donne à voix basse comme si j'avais peur de déranger, elle demande aussi si je suis venu seul et comment, je dis simplement à pied, elle me caresse la tête. C'est drôle, je ne ressens pas ce dégoût qu'a provoqué en moi tout à l'heure ce curé. Elle me dit en se penchant vers moi, que je viens d'avoir un joli frère et ma maman a préféré lui donné un prénom de notre famille, elle me guide jusqu'à une petite chambre et me fait entrer. Il y a là, deux lits occupés, ma mère est sur celui de droite près de la fenêtre, il y a sur sa gauche un tout petit lit ou plutôt un haut berceau. Elle me sourit, le dernier sourire que j'ai du avoir d'elle doit remonter à la nuit des temps, j'avance vers le berceau, le bébé y dort, posé sur son côté pour être face à sa mère. Je ne cesse de le regarder, il a à peine une semaine, nous sommes le jour de la toussaint 1957, je le perdrai plus tard dans un horrible accident à la veille de ses 22 ans, alors qu'il laissera sa fille de 33 jours. Ma mère me demande si je trouve le bébé beau, je secoue ma tête en disant cette fois-ci oui en arabe. Elle me demande comment j'ai su qu'elle est là, je lui raconte ce que m'a dit le soldat. Ma visite ne s'éternise pas, une religieuse est venue me demander comment je vais faire pour repartir chez moi, je réponds à pied, elle me propose alors de dire en voir au bébé et à la maman. Chez nous, on ne s'embrasse pas, ni pendant les retrouvailles ni pour les séparations, le seul geste que j'ai toujours connu, c'est le baiser que nous déposons, nous les enfants, sur la main de notre père. Je n'ai pas eu à me pencher sur ce genre d'analyse, c'est ainsi un point c'est tout, dans notre famille, tout le monde est réservé, il n'y a qu'aux bébés à qui on accorde des câlins et des guili-guili. Quand j'en ai fais un à mon frère et dis en voir des yeux à ma mère, je les quitte et suis la bonne sœur qui m'accompagne jusqu'à la sortie derrière laquelle il y a un vieux gardien muni de grosses lunettes rafistolées à l'aide d'un sparadrap entre les deux foyers. La sœur me dit de rester près du monsieur, elle lui recommande de me faire monter dans l'autocar en provenance d'Affrevilles. Elle passe sa main sur mes cheveux et me dit que ma mère ne repartira pas là d'où on la amenée et qu'elle entrera à la maison dans 5 jours. Elle voyagera dans la fourgonnette qui ira chercher du matériel médical à l'hôpital d'Orléansville, on la déposera à la maison à 10 h 30. La bonne sœur s'en va, je regarde sa cornette qui est secouée au rythme de sa démarche. Le gardien me demande si je sais parler français, je dis oui tout en gardant un œil sur la portion de route que je vois entre les montants du porche, si dès fois que l'autocar est en avance. Le vieux me dit que sa sœur habite à Malakof, je dis oui, il ajoute que son mari est le chef de gare, je fais oui de la tête et ajoute que je n'ai pas d'argent pour payer l'autocar. Il répond que ce n'est pas un problème, il connaît Gaston le chauffeur et même Ruiz le graisseur, quand il leur dira que c'est sœur Agathe qui m'a recommandé, je voyagerai même assis et non comme ceux qui sont accroupis là-bas avec leurs baluchons et qui attendent le car...


Abdel khawy Marhoum

La suite de ce récit se déroule dans un lieu de détention de l'auteur  en 1975 . C'est  dans un commissariat de Boufarik non loin d'Alger.

http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin

Page 406



J'apprendrai par ma femme que des policiers civils sont venus me chercher, ils sont du commissariat de Boufarik, ils se sont présenté à ma femme plusieurs fois et se permis de fouiller dans mes cahiers, mes livres et ont visité à leur aise ma bibliothèque. Quand je demande à ma femme quel est le motif de ces incursions, elle me fait savoir qu'ils sont à la recherche de Marocains et ils sont persuadés que je le savais et je suis allé me planquer dans un hôpital. Ils lui ont dit d'aller me dire de sortir ou c'est eux qui iront me chercher contre mon grès. Il est dix sept heures, il est trop tard pour que je me présente à eux, je décide de le faire le lendemain samedi, je goûte à ma première nuit de sommeil chez moi, je commence a mettre dans la musette des souvenirs mes déceptions de Rocher-noir, je n'ai pas la volonté ni ne peux faire l'effort de repenser à tout ça les produits que l'on ma fait prendre m'ont rendu amorphe et tant mieux d'ailleurs, je fonctionne au ralenti. A partir de lundi, je connaîtrai une inédite et odieuse période de ma vie, elle sera révélatrice et me marquera pour le restant de ma vie. Je me présente ce samedi, dès huit heures trente au commissariat de Boufarik, le policier de garde, m'informe qu'il faut que je revienne lundi puisque je n'ai pas de convocation et il n'y a pas de trace de mon nom sur son registre, je repars jouir d'une quiétude qui durera quarante huit heures et disparaîtra dès neuf heures de ce lundi de fin novembre.

" Il y a quelqu'un qui a convoqué un nommé untel, on vient le chercher ou il monte ? " Le policier qui était derrière son comptoir vient de crier ça par la porte, dans le couloir, la réponse ne se fait pas attendre, une voix en français avec un accent kabyle se fait entendre en lui disant de m'envoyer en haut au bureau 3. je longe le couloir ou du moins ce qui reste et monte par l'escalier tournant pour me présenter devant la porte de bureau n° 3. Un grand héron, voûté est assis sur le bord d'un meuble, il se tourne vers moi et me dit en français d'entrer, je reconnais son accent kabyle. Le type ne bouge pas de sa position et me toise son aise de bas en haut et l'inverse, puis me demande si je suis bien " Maroqui " je dis Maghrabi pour le corriger, mais il n'a pas l'air commode, il répète le Maroqui plusieurs fois puis me demande pourquoi je suis allé me cacher dans l'hôpital des fous. Je tente de lui expliquer la raison de mon séjour à l'hôpital et je l'ai interrompu parce qu'on est venu me dire que la police me chercher, il m'interrompe pur me jeter qu'il n'a pas envie d'écouter ma vie, pourquoi je suis allé me planquer, c'est tout ce qu'il veut savoir. Je commence a comprendre qu'il me faudra demander à on seigneur de faire en sorte que je ne paye pas là le désaccord entre Messieurs Boumediene et Hassan II à propos de ce Sahara dont on fait étalage sur le Fameux quotidien El-Moujahid et les virulents discours embrasés des plupart des hommes politiques et dirigeant du FLN. Le seigneur ne me viendra pas en aide et je subirai les interrogatoires inquisiteurs, accompagnés de petites claque sur la figure quand je dois réfléchir à ce que je dois donner comme réponse, souvent orduriers à l'encontre du Maroc et de sa soldatesque qui opprime le pauvre peuple sahraoui. Mes réponses restent jusque là circonspectes, comme par exemple cette question : " Que penses-tu de Boumediene ? " ma réponse se fait hypocrite et cela va de soit, ce n'est ni l'endroit ni l'époque pour donner son avis sur le Sieur Frère Houari, je réponds par " c'est un président que je respecte étant donné que je vie dans son pays, je n'ai pas le droit en tant qu'étranger, de ". Le type me prend en traître et me claque la figure en ajoutant son commentaire et m'ordonne de dire ce que je pense au lieu d'épouser les pensés de mon roi et bouffer le pain Algérien.

- Je ne bouffe le pain de personne, je mange le pain que j'achète avec mon salaire !

- Oui mais c'est de l'argent Algérien, vous êtes tous les mêmes, vous mangez notre pain et vous crachez dans nos mains, je peux savoir ce que tu pense de Hassen II ?

- Hassen II ? aucune pensé sur lui, il ne me connaît pas, moi non plus, alors je n'ai pas de commentaire à faire, voilà.

- Tous les mêmes, vous tremblez devant lui !

- Vous faites erreur, je ne l'ai jamais vu et je n'ai pas a trembler devant qui que se soit, fusse un roi, alors qu'il ne sait pas que je suis en train de subir pour le fait qu'il existe.



_________________
Visitez notre blog de mémoire:

 http://0z.fr/5tknP
http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin
Suite et fin du récit,


Cette asperge se prend pour le seigneur de la ville, je suis certain que c'est un inspecteur principal qui doit avoir une dent contre tout Marocain déclaré ou déniché. Il soulève ma tête vers le haut en la tirant par la mèche qui tombe sur mon front et me crache dessus. Je n'ai aucun choix sinon m'écraser, je subis les insultes en m'imaginant que ce type a devant lui le roi du Maroc auquel il fait passer un mauvais quart d'heure. Quand il est court d'insultes et de remarques injurieuses, il fait une courte pose et revient sur mes emplois du temps dans ce pays, ce que je fais, ou et comment. Le monologue durera par pauses prises pour lui et répit pour moi, jusqu'à la fin de la journée, ensuite il revient pour me dire qu'il fait un geste de pitié pour moi, il m'autorise à aller dormir chez moi, les Algériens ne sont pas salauds comme les Maroquis. Il claque les doigts en me faisant signe de me lever et un autre pour me faire comprendre que je dois foutre le camp, il ajoute verbalement que j'ai intérêt à me présenter ici demain à l'ouverture avec mes papiers. Je le quitte en remerciant le destin de m'avoir fait sujet de sa majesté pour que je paye de ma personne pour lui, c'est beau d'être un souverain et je remercie mon père de m'avoir introduit dans ce pays et je remercie ma mère de m'avoir empêché de rejoindre ce dernier lorsqu'il nous avait quitté, je m'ajuste une révérence à la hauteur de mon mérite pour être revenu dans ce pays alors que célibataire, je l'ai quitté de mon propre grès, ainsi, je risque, marié et père de famille, de le quitter maintenant manu-militari. J'ironise comme je peux jusqu'à panne sèche d'ironie, je ne souhaite rencontrer personne de ceux que je connaisse, je n'ai envie de parler à personne de ce pays, si je pouvais rentrer chez moi sans que personne ne me voit, ça me ferait un semblant de bien. Je monte lentement les escaliers des quatre étages en pensant ou plutôt en regrettant de n'avoir pas précédé ces évènements en partant avec Tatiana dans mon pays lorsqu'elle m'avait demandé un passeport, j'aurai évité de me trouver dans cette situation, je me traite de tous les noms, mais je n'ai pas encore mis la deuxième couche, le pire est a venir et je regretterai amèrement de n'avoir pas écouté Tatiana au moins pour la rejoindre à Moscou dès qu'elle aura divorcé, je laisse une brèche ouverte pour la grande vague de dégoût ainsi je n'aurai aucun regret et filerai la rejoindre, quitte a être témoin de son divorce. Quand j'arrive chez moi, ma femme vient aux nouvelles, je fais mes commentaires, elle ne réagit pas, elle n'est pas une grande alarmiste et elle ne compatit pas non plus, je la vois mal en temps qu'Algérienne, maudire son gouvernement qui a décidé la chasse aux Marocains. Je connaîtrai des jours détestables, journées et nuits passées au commissariat a subir les regards médiocres, les exubérances de ces zélés de circonstance. Je suis obligé de me justifier quand je me tais et ne fais de réponses aux questions que je juge inintéressants et je dois me justifier du pourquoi quand je réponds avec un peu de tact à certaines questions que je juge dénuées de sens, on m'accuse de ruser. Parfois on me renvoi en fin de journée chez moi, puis on vient me rechercher en pleine nuit question de voir qui est chez moi, peut être le Mossad de Marrakech ou de Tifelt ou bien de Bousber. Un jour alors que je suis assis sur cette chaise verte, décapée par endroit par l'usure, un jeune inspecteur me demande si je n'ai pas de relation avec les Marocain de là-bas, je ne sais pas de qui il parle et lui demande de se faire plus précis. Il veut parler de certains Marocains qui seraient intéressés par les tracés des conduites de gaz en Algérie du fait que je les connais presque toutes, puisque j'ai fais certains de leurs tracés, ainsi que les postes de distributions de centrales électriques ou ville. J'aurai éclaté de rire en d'autres circonstances, moi un espion ? comment il gourmand en accusations flatteuses cet arriviste de mes fesses, comme questions récursive mais sous différentes formes, je n'en ai pas connues, je prends sur moi d'ironiser à mon tour en lui répondant, quand même bien on me payerai, je ne ferai pas ce genre de truc, je ne suis pas un crétin et en plus qu'est ce que les Marocains ont a voir avec ce genre de tracé, pour piquer du gaz et qu'ont-ils à faire avec un type inconnu comme moi qui ne figure même pas dans leur état civil. Ma question ne le laisse pas indifférent, il me prévient qu'il me claquerait la figure si je continue à me faire passer pour un intelligent et les prendre pour des cancres, je baisse la tête, parce que sa main est prête a partir. Au bout de quelques semaines de tracasseries de la sorte, de retenue au commissariat, de renvoi et de rappel, l’inspecteur me dit que je n'ai plus le droit de quitter Boufarik et je dois me présenter au commissariat pour faire de la raison de m'absenter de Boufarik. Aller travailler, il n'en est plus question, je n'en ai plus le droit, il me dit de repartir chez moi en attendent de statuer sur mon cas parce que je suis marié avec une Algérienne. Je le trouve servile à ses âneries, du moins en ce qui concerne son langage du moment et surtout quand je pense que des jeunes femmes nées seulement de pères Marocains, la plus part du temps décédés, se sont vue mettre dans des cars et déposées à la frontières Marocaines alors qu'elles n'ont jamais vu le pays de leur pères ni peut-être connu et ne sachant rien de leurs proches ni de leurs régions. Quant à moi, j'ai comme ordre d'attendre chez moi dans l'espoir de me voir à défaut de reprendre mon travail, pour nourrir ma famille, aller vendre des Cacahouètes devant le cinéma Royal, l'un des rares emplois qui ne soit p pas propriété de l'état (nationalisé).

Auteur : Abdel khawy Marhoum


Vistez notre blog de mémoire;

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin
Cher ami Marhoum,
Votre récit poignant sera publier sur notre blog de mémoire ci-dessous en lettre d'or sous peu.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Fraternellement

http://www.marocainsdalgerie.net

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum