Algérie-Maroc
Algérie-Maroc
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Algérie-Maroc

Forum de discussion entre Maghrébins, expulsés marocains d'algerie,algerie-maroc

Le Deal du moment : -40%
-40% sur Logitech Z207 Système de ...
Voir le deal
30 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Algérie-Maroc » Les déportations / Souvenirs / Réçits » Marocains d'Algérie / Algériens du Maroc » Expulsés marocains d'Algérie » Les algériens spoliés de leurs terres au maroc

Les algériens spoliés de leurs terres au maroc

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

admin"SNP1975"

admin
Admin
Les algériens spoliés de leurs terres au maroc
Les propriétaires appellent Rabat à la raison


Les algériens spoliés de leurs terres au maroc  1675610


Par : Merzak Tigrine


Encouragés par la récente initiative du secrétaire d’État chargé de la communauté algérienne à l’étranger, qui avait interpellé son homologue marocain lors de son séjour à Casablanca, les propriétaires algériens des terres agricoles confisquées appellent Rabat à faire preuve de justice en leur restituant leurs biens et en les indemnisant pour la non-jouissance durant toutes ces années.

Une source proche des familles algériennes, victimes des abus des autorités marocaines, qui les avaient dépossédées de leurs terres agricoles dans le cadre de mesures de représailles contre l’Algérie en raison particulièrement du conflit du Sahara occidental, nous a affirmé que les concernés lancent un appel au Maroc afin qu’il fasse preuve de raison en les rétablissant dans leurs droits pour le grand bien des relations entre les deux pays. En effet, notre source souligne que les propriétaires algériens estiment qu’il est “certain que la résolution de ce problème, dont la dimension humaine est aussi importante que ses dimensions politiques et économiques, ne manquera pas d’influer, voire de déclencher une dynamique où la fraternité et l’unité maghrébine ne seront pas de vains mots”.
Cet appel intervient à la suite de la dernière visite effectuée au Maroc par Halim Benatallah, secrétaire d’État algérien chargé de la Communauté nationale à l’étranger, qui avait officiellement demandé à son homologue marocain de prendre en charge le dossier des terres agricoles algériennes spoliées au Maroc, afin que les victimes soient indemnisées. Ainsi, ces derniers “ont accueilli avec une grande satisfaction les dernières déclarations du gouvernement algérien par la voix de Halim Benatallah, le secrétaire
d’État chargé de la Communauté nationale à l’étranger”. “Ils sont convaincus que sa déclaration concernant les biens spoliés des Algériens, lors de sa dernière visite au Maroc est l’expression des orientations et l’attention particulière et soutenue du chef de l’État, M. Abdelaziz Bouteflika.”
À partir de cet événement, les contacts se sont multipliés entre les propriétaires touchés par les spoliations, qui s’accordent sur leurs revendications en mettant en exergue les deux véritables problèmes qu’il faut solutionner. Ainsi, “les Algériens tiennent expressément à la récupération de leurs biens et voudraient continuer à pouvoir vivre et exploiter leurs propriétés dans le respect des lois de ce pays frère”, affirme notre source. Elle précisera qu’ “à ce titre, ils font remarquer que le choix d’une simple indemnisation équivaudrait à l’officialisation d’un véritable divorce entre les peuples frères d’Algérie et du Maroc. Ce serait un fâcheux précédent qui ne manquera pas d’influer négativement sur le développement des futures relations bilatérales que tous souhaitent apaisées, confiantes, mutuellement bénéfiques et, en un mot, fraternelles”.
En outre, les propriétaires spoliés estiment que “de plus, la nécessité de tourner cette page appelle au rétablissement de tous leurs droits et également à une juste et rapide indemnisation correspondant à la non-jouissance de leurs biens depuis leur confiscation à ce jour”. La balle est donc dans le camp du gouvernement marocain, qui a bafoué tous les accords et traités signés entre les deux États, qui accordent les mêmes droits et devoirs aux ressortissants des deux pays, quelle que soit la partie de la frontière où ils se trouvent.
Trouver une solution à cette affaire, qui n’a que trop duré, est considérée par les familles algériennes concernées comme un devoir pour les autorités marocaines, qui ont indemnisé les propriétaires européens et d’autres nationalités touchés par la même mesure, sans pour autant accorder la même attention aux Algériens.
Ceci dit, ce dossier constitue
une des entraves importantes à
une normalisation algéro-marocaine, qui tarde à se concrétiser parce
que Rabat refuse la proposition
algérienne de s’asseoir autour d’une table et de traiter l’ensemble des contentieux existant entre les deux parties.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] propriétaires appellent Rabat à la raison

http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin

Algériens expropriés au Maroc : Rabat fait la sourde oreille

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté nationale à l’étranger, M. Halim Benatallah, a déploré hier à Alger le manque de volonté de dialogue de la partie marocaine concernant le dossier des Algériens expropriés au Maroc. «L’Algérie préfère agir dans un esprit de responsabilité par le canal gouvernemental, mais, à l’évidence, il y a de très mauvaises dispositions à dialoguer», a indiqué le secrétaire d’Etat sur les ondes de la chaîne III de la Radio algérienne, en réponse à une question sur les Algériens qui ont été expropriés de leurs terres au Maroc.
Après avoir confirmé que les Algériens expropriés n’ont pas été indemnisés à ce jour, M. Benatallah a relevé que «notre communauté dans certains pays devrait jouir des mêmes droits que les autres communautés étrangères». Il a précisé que «ce fait n’est pas nouveau» et que «le contentieux dure
depuis des décennies». «Le dossier reste ouvert avec les autorités marocaines», a-t-il déclaré

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

http://www.marocainsdalgerie.net

oranaisfier

oranaisfier
Les algériens spoliés de leurs terres au maroc  Dessin10

Les Algériens propriétaires de terres agricoles au Maroc ont été dépossédés de leurs biens en vertu du dahir royal du 2 mars 1973. Le royaume chérifien a indemnisé tous les étrangers ayant été spoliés, à l'exception des Algériens.

Mon cher oranais,

Si tu ne vois pas d'inconvénient. Je fusionne ton topic avec ce billet cité plus haut puisqu'ils ont la même teneur et je rajoute le texte pour plus de clarté.
Merci

Le traitement du problème des Algériens expropriés au Maroc bute sur l'absence de volonté de dialogue à ce sujet chez les autorités marocaines. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté nationale à l'étranger, Halim Benatallah, déplore cette situation. «L'Algérie préfère agir dans un esprit de responsabilité par le canal gouvernemental, mais à l'évidence il y a de très mauvaises dispositions à dialoguer», a-t-il déclaré lors de son passage, hier, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. M. Benatallah réaffirme, dans la foulée, que les ressortissants algériens victimes d'expropriation n'ont «perçu aucune indemnité». «Notre communauté, dans certains pays, devrait jouir des mêmes droits que les autres communautés étrangères. Ce fait n'est pas nouveau et le contentieux dure depuis des décennies», a-t-il noté, sans préciser si des démarches étaient en cours pour défendre les droits des personnes concernées pas le problème. «Le dossier reste ouvert avec les autorités marocaines», a-t-il lancé.

Le nombre de personnes concernées par ce problème est actuellement de 273, qui possédaient près de 20 000 hectares. L'expropriation des Algériens remonte au début des années 1970. Les propriétaires des terres agricoles à Oujda, Guercif, Agadir, Taza, Berkane, Casablanca, Nador et Fès ont tous été dépossédés de leurs biens en vertu du dahir royal du 2 mars 1973. Depuis, leur problème est resté pendant. Pis encore, le royaume chérifien a indemnisé tous les ressortissants étrangers ayant été spoliés, à l'exception des Algériens. Pourquoi le royaume chérifien s'acharne-t-il contre nos ressortissants ? Pourquoi les autorités algériennes ne se sont-elles pas intéressées à leur situation durant toutes ces années ? Elles ont été pourtant alertées par les concernés. Mais il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Lors de la visite qui l'a conduit, en août dernier, au Maroc et dans la région de Berkane (à 60 km de Oujda), M. Benatallah avait affirmé que la question des Algériens dépossédés était au centre des préoccupations du gouvernement. «La question des ressortissants algériens établis au Maroc dépossédés de leurs terres agricoles, représentant des centaines d'hectares et non indemnisés, est au centre des préoccupations du gouvernement algérien, d'autant plus qu'à l'inverse, des ressortissants européens dans la même situation ont pu recouvrer leurs droits», avait-il déclaré. Le secrétaire d'Etat s'est dit «disponible à examiner tous les dossiers en suspens, pour peu que le partenaire affiche un tel état d'esprit». Mais il semble que ce n'est plus le cas pour le moment.

Pour rappel, la communauté algérienne établie dans cette région du Maroc compte 7250 ressortissants immatriculés auprès du consulat. Parmi cette communauté, 5500 sont sans emploi et ne comptent que sur le secteur de l'informel, les petits métiers et les tâches à la commission pour subvenir à leurs besoins. Seuls les médecins, les ingénieurs, les pharmaciens et les avocats établis dans ce pays s'en sortent bien.




Madjid Makedhi
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

admin"SNP1975"

admin
Admin
Algériens expropriés: le royaume du Maroc s'est conduit d'une manière "irrationnelle"

[Aps 30/9/10] ALGER-

Le royaume marocain s'est conduit d'une manière "irrationnelle" avec l'Algérie, en particulier dans l'affaire d'Algériens expropriés de leurs terres agricoles dans les années 1970, a affirmé, jeudi à Alger, le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l'homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini. Le président de la CNCPPDH, qui intervenait à l'émission "Forum du jeudi" de la chaîne II de la Radio nationale, a affirmé que "le royaume du Maroc s'est comporté d'une manière irrationnelle avec l'Algérie, dans l'affaire de l'expropriation des terres agricoles de ressortissants algériens, dans les années 1970, en refusant d'indemniser les victimes au moment où dans d'autres cas, des ressortissants étrangers ont été indemnisés".
C'est ainsi qu'il a plaidé pour des négociations entre les deux pays autour de cette question, appelant les autorités marocaines à "séparer cette affaire de la question du Sahara occidental".
Il a également soulevé, dans ce contexte, la question du trafic de drogue qui, a-t-il dit, est en train de causer des "ravages" au sein de la jeunesse.
"Il est impératif d'aller vers une solution dans ce dossier", a-t-il encore ajouté.
Me Ksentini s'est interrogé, dans le même cadre, sur les raisons du "silence" observé par les pays européens dans le dossier du "trafic de drogue à partir du Maroc", estimant qu'"une levée de boucliers aurait été vite diligentée, si l'Algérie était à l'origine de ce trafic".
S'agissant des allégations entretenues par des médias marocains autour de la "prétendue" arrestation de journalistes marocains en Algérie, le président
de la CNCPPDH a souligné qu'il s'agit d'une campagne de presse diligentée contre l'Algérie pour "faire diversion des difficultés que connaît, ctuellement, la monarchie dans le dossier des droits de l'homme au Sahara occidental".
"Des instances et des organisations internationales ont condamné le Maroc" pour ses agissements dans les territoires sahraouis occupés, a-t-il encore relevé. Appelant le Maroc à faire preuve de "rationalité" dans le conflit qui l'oppose au Front Polisario, Me Ksentini a souligné que "l'époque du colonialisme est révolue".

http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin
Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc : Ouyahia envisage la réciprocité, recensement en cour
Des Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc, ceci ne laisse pas les autorités algériennes indifférentes. D’autant plus que cette opération d’expropriation a été opérée différemment pour le cas des étrangers européens, eux aussi expropriés en vertu d’une décision datant de 1973 (Dahir royal du 2 mars 1973).
«La question des ressortissants algériens établis au Maroc dépossédés de leurs terres agricoles, représentant des centaines d’hectares et non indemnisés, est au centre des préoccupations du gouvernement algérien, d’autant plus qu’à l’inverse, des ressortissants européens dans la même situation ont pu recouvrer leurs droits», déclarait, récemment, Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger. Le ton est donné et le non-dit cache bien des surprises. Selon des informations obtenues par «Algérie-Focus», «le Gouvernement algérien envisage sérieusement des mesures de réciprocité».
L’affaire a, en effet, été saisie par le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui vient d’ordonner au ministre des Finances de lancer «immédiatement un recensement de tous les biens fonciers et immobiliers détenus en Algérie par les ressortissants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc et la Tunisie». L’information a été confirmée par le quotidien «El Khabar» du jeudi 30 septembre 2010.
Ce dernier, sans motiver l’instruction d’Ouyahia, explique que le ministère des Finances a intimé l’ensemble des Conservations foncières du pays a procédé à ce recensement qui revêt un caractère hautement prioritaire et confidentiel. «El Khabar» rajoute que lesdits Organismes étaient depuis mercredi en état d’alerte maximale puisque les résultats de ce recensement doivent être sur le bureau d’Ouyahia au plus tard dimanche prochain. Ahmed Ouyahia a décidé cette mesure après s’être entretenu avec le secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger suite à sa visite, mercredi dernier, au Maroc.
Donnant plus de détails à cette démarche, nos sources affirment que «l’Algérie envisage sérieusement une mesure de réciprocité à l’égard des ressortissants marocains, lesquels, devraient être noyés dans un ensemble de communautés incluses dans le recensement pour éviter les accusations de discrimination». «Le recensement concerne aussi bien les Marocains que les Tunisiens, les Libyens et les Syriens. Mais il est clair que les Marocains sont les premiers visés», rajoute notre source.
Cette démarche s’inscrit également dans un pourrissement dans les relations algéro-marocaines survenu récemment. Pour rappel, le Maroc a décidé d’exproprier près de 20.000 hectares de terres agricoles appartenant à des ressortissants algériens détenteurs de titres fonciers. De nombreux ressortissants algériens ayant bénéficié du droit de jouissance sur des terres ne dépassant pas les 10 hectares ont été amenés à renoncer au droit d’indemnisation.
A ce jour, les Algériens n’ont toujours pas été indemnisés, contrairement aux Européens.
Hicham A.

Algerie-focus

http://www.marocainsdalgerie.net

admin"SNP1975"

admin
Admin
admin a écrit: Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc : Ouyahia envisage la réciprocité, recensement en cour
Des Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc, ceci ne laisse pas les autorités algériennes indifférentes. D’autant plus que cette opération d’expropriation a été opérée différemment pour le cas des étrangers européens, eux aussi expropriés en vertu d’une décision datant de 1973 (Dahir royal du 2 mars 1973).
«La question des ressortissants algériens établis au Maroc dépossédés de leurs terres agricoles, représentant des centaines d’hectares et non indemnisés, est au centre des préoccupations du gouvernement algérien, d’autant plus qu’à l’inverse, des ressortissants européens dans la même situation ont pu recouvrer leurs droits», déclarait, récemment, Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger. Le ton est donné et le non-dit cache bien des surprises. Selon des informations obtenues par «Algérie-Focus», «le Gouvernement algérien envisage sérieusement des mesures de réciprocité».
L’affaire a, en effet, été saisie par le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui vient d’ordonner au ministre des Finances de lancer «immédiatement un recensement de tous les biens fonciers et immobiliers détenus en Algérie par les ressortissants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc et la Tunisie». L’information a été confirmée par le quotidien «El Khabar» du jeudi 30 septembre 2010.
Ce dernier, sans motiver l’instruction d’Ouyahia, explique que le ministère des Finances a intimé l’ensemble des Conservations foncières du pays a procédé à ce recensement qui revêt un caractère hautement prioritaire et confidentiel. «El Khabar» rajoute que lesdits Organismes étaient depuis mercredi en état d’alerte maximale puisque les résultats de ce recensement doivent être sur le bureau d’Ouyahia au plus tard dimanche prochain. Ahmed Ouyahia a décidé cette mesure après s’être entretenu avec le secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger suite à sa visite, mercredi dernier, au Maroc.
Donnant plus de détails à cette démarche, nos sources affirment que «l’Algérie envisage sérieusement une mesure de réciprocité à l’égard des ressortissants marocains, lesquels, devraient être noyés dans un ensemble de communautés incluses dans le recensement pour éviter les accusations de discrimination». «Le recensement concerne aussi bien les Marocains que les Tunisiens, les Libyens et les Syriens. Mais il est clair que les Marocains sont les premiers visés», rajoute notre source.
Cette démarche s’inscrit également dans un pourrissement dans les relations algéro-marocaines survenu récemment. Pour rappel, le Maroc a décidé d’exproprier près de 20.000 hectares de terres agricoles appartenant à des ressortissants algériens détenteurs de titres fonciers. De nombreux ressortissants algériens ayant bénéficié du droit de jouissance sur des terres ne dépassant pas les 10 hectares ont été amenés à renoncer au droit d’indemnisation.
A ce jour, les Algériens n’ont toujours pas été indemnisés, contrairement aux Européens.
Hicham A.

Algerie-focus
[u]

C'est grave .

http://www.marocainsdalgerie.net

boumedienne

boumedienne
admin a écrit:
admin a écrit: Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc : Ouyahia envisage la réciprocité, recensement en cour
Des Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc, ceci ne laisse pas les autorités algériennes indifférentes. D’autant plus que cette opération d’expropriation a été opérée différemment pour le cas des étrangers européens, eux aussi expropriés en vertu d’une décision datant de 1973 (Dahir royal du 2 mars 1973).
«La question des ressortissants algériens établis au Maroc dépossédés de leurs terres agricoles, représentant des centaines d’hectares et non indemnisés, est au centre des préoccupations du gouvernement algérien, d’autant plus qu’à l’inverse, des ressortissants européens dans la même situation ont pu recouvrer leurs droits», déclarait, récemment, Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger. Le ton est donné et le non-dit cache bien des surprises. Selon des informations obtenues par «Algérie-Focus», «le Gouvernement algérien envisage sérieusement des mesures de réciprocité».
L’affaire a, en effet, été saisie par le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui vient d’ordonner au ministre des Finances de lancer «immédiatement un recensement de tous les biens fonciers et immobiliers détenus en Algérie par les ressortissants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc et la Tunisie». L’information a été confirmée par le quotidien «El Khabar» du jeudi 30 septembre 2010.
Ce dernier, sans motiver l’instruction d’Ouyahia, explique que le ministère des Finances a intimé l’ensemble des Conservations foncières du pays a procédé à ce recensement qui revêt un caractère hautement prioritaire et confidentiel. «El Khabar» rajoute que lesdits Organismes étaient depuis mercredi en état d’alerte maximale puisque les résultats de ce recensement doivent être sur le bureau d’Ouyahia au plus tard dimanche prochain. Ahmed Ouyahia a décidé cette mesure après s’être entretenu avec le secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger suite à sa visite, mercredi dernier, au Maroc.
Donnant plus de détails à cette démarche, nos sources affirment que «l’Algérie envisage sérieusement une mesure de réciprocité à l’égard des ressortissants marocains, lesquels, devraient être noyés dans un ensemble de communautés incluses dans le recensement pour éviter les accusations de discrimination». «Le recensement concerne aussi bien les Marocains que les Tunisiens, les Libyens et les Syriens. Mais il est clair que les Marocains sont les premiers visés», rajoute notre source.
Cette démarche s’inscrit également dans un pourrissement dans les relations algéro-marocaines survenu récemment. Pour rappel, le Maroc a décidé d’exproprier près de 20.000 hectares de terres agricoles appartenant à des ressortissants algériens détenteurs de titres fonciers. De nombreux ressortissants algériens ayant bénéficié du droit de jouissance sur des terres ne dépassant pas les 10 hectares ont été amenés à renoncer au droit d’indemnisation.
A ce jour, les Algériens n’ont toujours pas été indemnisés, contrairement aux Européens.
Hicham A.

Algerie-focus
[u]

C'est grave .


tout ça a cause de l'intransigeance du makhzen ,mais il fallait qu'un moment l'algerie prenne des mesure energique et face comprendre au palais royal ,qu'a l'avenir,la politique du baton sera le seul recours de l'algerie ,a défaut d'etre entendu diplomatiquement

MJB


boumedienne a écrit:
admin a écrit:
admin a écrit: Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc : Ouyahia envisage la réciprocité, recensement en cour
Des Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc, ceci ne laisse pas les autorités algériennes indifférentes. D’autant plus que cette opération d’expropriation a été opérée différemment pour le cas des étrangers européens, eux aussi expropriés en vertu d’une décision datant de 1973 (Dahir royal du 2 mars 1973).
«La question des ressortissants algériens établis au Maroc dépossédés de leurs terres agricoles, représentant des centaines d’hectares et non indemnisés, est au centre des préoccupations du gouvernement algérien, d’autant plus qu’à l’inverse, des ressortissants européens dans la même situation ont pu recouvrer leurs droits», déclarait, récemment, Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger. Le ton est donné et le non-dit cache bien des surprises. Selon des informations obtenues par «Algérie-Focus», «le Gouvernement algérien envisage sérieusement des mesures de réciprocité».
L’affaire a, en effet, été saisie par le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui vient d’ordonner au ministre des Finances de lancer «immédiatement un recensement de tous les biens fonciers et immobiliers détenus en Algérie par les ressortissants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc et la Tunisie». L’information a été confirmée par le quotidien «El Khabar» du jeudi 30 septembre 2010.
Ce dernier, sans motiver l’instruction d’Ouyahia, explique que le ministère des Finances a intimé l’ensemble des Conservations foncières du pays a procédé à ce recensement qui revêt un caractère hautement prioritaire et confidentiel. «El Khabar» rajoute que lesdits Organismes étaient depuis mercredi en état d’alerte maximale puisque les résultats de ce recensement doivent être sur le bureau d’Ouyahia au plus tard dimanche prochain. Ahmed Ouyahia a décidé cette mesure après s’être entretenu avec le secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger suite à sa visite, mercredi dernier, au Maroc.
Donnant plus de détails à cette démarche, nos sources affirment que «l’Algérie envisage sérieusement une mesure de réciprocité à l’égard des ressortissants marocains, lesquels, devraient être noyés dans un ensemble de communautés incluses dans le recensement pour éviter les accusations de discrimination». «Le recensement concerne aussi bien les Marocains que les Tunisiens, les Libyens et les Syriens. Mais il est clair que les Marocains sont les premiers visés», rajoute notre source.
Cette démarche s’inscrit également dans un pourrissement dans les relations algéro-marocaines survenu récemment. Pour rappel, le Maroc a décidé d’exproprier près de 20.000 hectares de terres agricoles appartenant à des ressortissants algériens détenteurs de titres fonciers. De nombreux ressortissants algériens ayant bénéficié du droit de jouissance sur des terres ne dépassant pas les 10 hectares ont été amenés à renoncer au droit d’indemnisation.
A ce jour, les Algériens n’ont toujours pas été indemnisés, contrairement aux Européens.
Hicham A.

Algerie-focus
[u]

C'est grave .


tout ça a cause de l'intransigeance du makhzen ,mais il fallait qu'un moment l'algerie prenne des mesure energique et face comprendre au palais royal ,qu'a l'avenir,la politique du baton sera le seul recours de l'algerie ,a défaut d'etre entendu diplomatiquement
.
AH SI MOURADIA AVAIT EVITE LA CREATION DU FAUX PROBLEME DU SAHARA.

9Les algériens spoliés de leurs terres au maroc  Empty RECIPROCITE pour bientôt le Lun 4 Oct - 16:07

slimane

slimane
Les Algériens dépossédés de leurs terres au Maroc :
ceci ne laisse pas les autorités algériennes indifférentes. D’autant plus que cette opération d’expropriation a été opérée différemment pour le cas des étrangers européens, eux aussi expropriés en vertu d’une décision datant de 1973 (Dahir royal du 2 mars 1973).

«La question des ressortissants algériens établis au Maroc dépossédés de leurs terres agricoles, représentant des centaines d’hectares et non indemnisés, est au centre des préoccupations du gouvernement algérien, d’autant plus qu’à l’inverse, des ressortissants européens dans la même situation ont pu recouvrer leurs droits», déclarait, récemment, Halim Benatallah, secrétaire d’Etat en charge de la Communauté nationale à l’étranger. Le ton est donné et le non-dit cache bien des surprises. Selon des informations obtenues par « presse», «le Gouvernement algérien envisage sérieusement des mesures de réciprocité».

L’affaire a, en effet, été saisie par le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui vient d’ordonner au ministre des Finances de lancer «immédiatement un recensement de tous les biens fonciers et immobiliers détenus en Algérie par les ressortissants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc et la Tunisie». L’information a été confirmée par le quotidien «El Khabar» du jeudi 30 septembre 2010.

Atavisme

Atavisme
MJB a écrit:
AH SI MOURADIA AVAIT EVITE LA CREATION DU FAUX PROBLEME DU SAHARA.

AHHH SI HASSAN II N'AVAIT PAS EXISTAIT.

- Le Maroc n'aurait pas essayé d'envahir El Djazair en 1963.

- Le Maroc n'aurait pas été un etat imperialiste expansionnsite et n'aurait pas envahit le Sahara Occidental.

- Le Maroc et l'Algerie seraient même un seul pays.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum